Monarchie Britannique
Buckingham Palace - par Marine Guillot

Rory Lewis - des portraits pour l'histoire - Interview exclusive

Le 4 avril 2019, les services de communication du palais publient une série de nouveaux portraits. Les Britanniques sont habitués à voir paraître des photographies des membres directs de la famille royale. Que ce soit la reine, le duc d’Edimbourg, le prince de Galles ou le duc de Cambridge, les portraits les représentant sont nombreux et courants. Mais ces nouvelles photographies étonnent par les sujets choisis. Le prince Edward, duc de Kent, et le prince Michael de Kent se voient figés et sublimés par des portraits d’une extrême beauté.

Sous l’œil expert du photographe Rory Lewis, les deux princes apparaissent tels des dignes officiers de Sa Majesté. En exclusivité pour Monarchie Britannique, le photographe britannique a accepté de répondre à nos questions. Il vous dévoile volontiers les coulisses de ces shootings d’exception qui ont marqué l’actualité de la famille royale.

 

Un photographe au service de la Couronne

Img 87501Rory Lewis débute sa carrière en 2012 en développant un style bien à lui. Face à un fond souvent neutre, il sublime les personnalités qu’il immortalise par un jeu de lumières travaillé. Il concentre son objectif sur les détails du visage humain. Il l’avoue lui-même, l’une de ses premières inspirations reste l’œuvre d’Holbein le jeune. Alors que le peintre germanique pousse à l’extrême son soucis du détail sur les vêtements de son époque, Rory Lewis préfère se concentrer sur les différents reliefs de la figure de ses modèles. Mais Holbein le jeune n’est pas sa seule source d’inspiration. Avec lui, les peintres italiens Caravage et Titien, le portraitiste britannique Thomas Lawrence et le mouvement expressionniste germanique des années 1920 attirent son attention.

Sa carrière de photographe connaît une ascension fulgurante un an plus tard lorsqu’il réalise un portrait de l’acteur David Warner connu pour son rôle de Spicer Lovejoy, le valet et garde du corps d’un bourgeois américain violent, dans Titanic de James Cameron. Son portrait est acquis par la prestigieuse National Portrait Gallery de Londres. Le photographe des stars est né. Après lui, Patrick Stewart, Ian McKellen, Rufus Sewell et James Purefoy ont tous défilés devant l’objectif de Rory Lewis. Sa réputation est telle, qu’en 2018, c’est lui qui est choisis par l’ancien Premier Ministre David Cameron pour réaliser ses propres portraits.

Le portraitiste du monde du cinéma britannique se tourne désormais vers l’univers politique. Ses photographies sont un succès. La famille royale a toujours su s’entourer des plus grands photographes de son époque, souvent issus du monde de la mode. C’est donc tout naturellement que Rory Lewis fut choisis par le prince Michael de Kent puis le son frère aîné Edward pour figer à jamais leur personne. Le photographe se met dorénavant au service de la Couronne.

 

Les cousins de la reine

 

Les princes Edward et Michael sont les fils du prince George, duc de Kent et frère cadet des rois Edward VIII et George VI. En somme, ils sont des cousins germains de la reine Elizabeth II.

Cf170387Le prince George est marié depuis onze mois à Marina de Grèce et de Danemark lorsqu'elle lui offre un héritier en octobre 1935. Ce fils qu'ils prénomment Edward sera appelé à porter le titre de duc de Kent. Un an plus tard, en décembre 1936, une petite fille naît à Londres et prend le nom d'Alexandra. Il faut attendre juillet 1942 pour voir arriver un dernier enfant prénommé Michael, qui naît un mois avant le décès du prince George.

Le prince Edward devient ainsi duc de Kent le 25 août 1942. Il endosse l’uniforme à seulement 20 ans en entrant dans la Royal Scots Greys, un régiment de cavalerie. Il sert à Hong Kong puis à Chypre en intégrant un régiment de la force de l'ONU où il finit par devenir lieutenant-colonel en 1973. Quant à Michael, il se distingue de ses aînés par son goût pour la culture. Il parle couramment le russe et entre au collège d’Eton. Mais il ne manque pas à la tradition aristocratique britannique. Il entre au Royal Hussars en 1963, où il est promu, vingt ans plus tard, Major. Par l’armée, les deux frères sont soucieux de servir les intérêts de leur pays. Mais très vite leurs liens avec la famille royale les obligent à se consacrer exclusivement à une vie de représentation. Très proche de la reine, c’est lui qui est choisis en 2013 pour remplacer le prince Philip souffrant au côté d’Elizabeth II durant les Trooping the Colour.

Le duc de Kent prend sa retraite militaire en 1976 et commence à parrainer de nombreuses organisations. Il devient grand maître de la grande Loge unie maçonnique d’Angleterre et président de l'association qui organise le tournoi de Wimbledon. Mais avant tout, il veut servir sa reine. Elizabeth II le fait aide de camp. A ce titre, il la représente aux quatre coins du pays lors de ses obligations officielles. Il cumule les titres honorifiques comme celui de Field Marshal qu’il obtient en 1993. « Ce grade est le plus haut rang de l'armée britannique depuis 1736. George II l'a créé, et seulement 138 hommes l'ont atteint. Son Altesse royale est très fière de son service », nous indique le photographe.

Le prince Michael épouse quant à lui une aristocrate autrichienne catholique, Marie-Christine von Reibnitz, en 1978 à Vienne. Du fait de la confession de son épouse, il perd ses droits dans l'ordre de succession au trône. Ses deux enfants, Frederick et Gabriella, conservent néanmoins leurs droits, puisqu'ils sont élevés dans la religion anglicane. Malgré tout, il a une place importante au sein de la famille royale puisqu'il représente souvent sa cousine en Grande-Bretagne et à l'étranger. C'est lui qui représente le Royaume-Uni en 1998 lorsque les restes de la famille impériale russe sont inhumés officiellement. Il finit néanmoins par retrouver ses droits dans l’ordre de succession en 2015.

 

Refléter l’histoire

 

Le 9 mai 2018, Rory Lewis donne rendez-vous au prince Michael de Kent dans son studio londonien. Ce dernier se porte au jeu de deux séances différentes en portant deux uniformes. « SAR le Prince Michael de Kent étant le colonel des Royal Kings Hussards, pour la première série il porte son uniforme du régiment. » Sur un fond rouge, le prince Michael pose le visage tourné de trois quarts. « En optant pour la toile de fond Crimson, je voulais représenter deux choses. D’abord, le rouge est la couleur de la royauté. Ensuite, le pourpre est la couleur du pantalon et de la casquette des Royal Kings Hussars ». Pour la seconde série, il porte son uniforme des Blues and Royals du Household Cavalry Regiment. « Par un fond noir, et un éclairage plus sévère, je voulais créer un portrait plus ambiant et vif. Cette technique permet de donner une certaine émotion et d’instituer un certain mystère. » Ces portraits sont véritablement réussis. Ils donnent au prince Michael une sévérité et un éclat dignes d’un membre de la famille royale.

 

                                                   Img 1806Cf136138

Quatre mois plus tard, c’est au tour du duc de Kent de poser devant l’objectif de Rory Lewis. Mais désormais, le photographe se déplace. Le 27 septembre 2018, il se rend au palais Saint James de Londres avec tout son matériel, là où l’attend le prince. Le portraitiste lui demande de se vêtir de « sa tenue de service n°2 avec son bâton de maréchal ». Comme son frère avant lui, il pose pour deux sessions de photographies avec deux fonds différents : le premier étant rouge et l’autre noir.

 

                                                 Cf170392Cf170401

 

Rory Lewis décrit ces portraits ainsi : « En dirigeant les deux princes, j'ai opté pour une série d'expressions solennelles et dévouées. Ces hommes ont exercé des fonctions publiques au nom de leur cousine la reine depuis plus de 50 ans. Mon style est le reflet du portrait historique, de saisir le statut de prince dans l'histoire ». Avant de devenir photographe, le Britannique originaire de Chester a étudié l’histoire médiévale au King’s College de Londres, l’une des plus riches et des plus anciennes universités anglaises. L’histoire a donc une importance particulière dans sa vie et dans son travail. Il se donne donc un but : réaliser des portraits qui représentent et resteront dans l’histoire. « Ma motivation est d'éduquer et de créer l'art du portrait historique. J'espère qu'ils vont transmettre mon style : inscrire des sujets dans l'histoire et la tradition, et présenter une figure extraordinaire britannique. Après mes études, je voulais devenir photographe pour capturer l'histoire et ses personnages. La photographie me donne ainsi l'occasion d'observer l'histoire au premier plan. »

Il conclut par ces mots : « Photographier un membre de la famille royale est un honneur et une expérience agréable. Être un photographe royal a toujours été un objectif dans ma vie. » C’est désormais chose faite. Rory Lewis peut être satisfait. Son nom est inscrit sur la longue liste des photographes royaux aux côtés de Cecil Beaton, Chris Levine, Lord Snowdon, Dorothy Wilding ou encore Annie Leibovitz. Sa démarche historique est vénérable et laisse à penser qu’une longue carrière royale l’attend, au vu de la splendeur de son travail. Un photographe historien en somme, qui saura rendre justice à la monarchie britannique présente. 

 

 

K. Guillot

 

Site internet officiel de Rory Lewis : https://www.rorylewis.studio/portraits 

 

                                                                                              

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire